0 Dans Appréciation littéraire/ Québécois

Pas pressée: entre gestion du stress et relations complexes

Roman Pas Pressée Lily Pinsonneault




  • Auteure: Lily Pinsonneault
  • Éditeur: Éditions Québec Amérique
  • Genre: Québécois, comédie dramatique
  • Qualité de l’écriture: 5/5
  • Originalité: 4/5
  • Appréciation générale: 4/5

 

J’ai récemment reçu de la part des éditions Québec Amérique le deuxième roman de Lily Pinsonneault, Pas pressée. Il fait suite à Sauf que j’ai rien dit, paru en 2017, à propos duquel j’avais d’ailleurs écrit un article pour Nerds, le blogue pour lequel je collaborais à l’époque (et pour lequel j’écris encore, en fait, c’est compliqué, mais t’iras voir ça, c’est un ben beau site!). Alors que son premier roman m’avait beaucoup plu, Lily Pinsonneault a su me ravir de nouveau avec son plus récent roman, que j’ai peut-être même un peu préféré au premier!

 

Des angoisses et des relations complexes

Dans Pas Pressée, on suit Jolen, une jeune adulte qui souffre d’anxiété extrême et d’agoraphobie – je fais ici un simili diagnostique sous toute réserve; je ne suis pas une experte, je ne me souviens pas avoir lu quelque chose de précis dans le roman ni sur Google – et qui, après sa rencontre avec Joseph dans Sauf que j’ai rien dit, tente tant bien que mal de passer par-dessus ses sentiments pour lui alors que lui, il est passé à autre chose. Jolen a donc quitté son appartement, qu’elle avait choisi avec son ex, Massi, avant de rencontrer Joseph, pour retourner s’installer avec Alice et Jino, ses anciens colocs d’avant son déménagement avec Massi. Ayant besoin d’un changement d’air complet, elle décide en fait de recommencer tout à zéro et de changer d’emploi aussi, choisissant d’aller travailler dans une boulangerie, là où ses responsabilités sont minimes et où elle n’a aucune raison rationnelle de stresser.

On suit donc Jolen à travers ses nombreux épisodes d’angoisse et de dépréciation d’elle-même, ses sentiments souvent contradictoires et ses relations complexes alors qu’elle tente de reprendre le dessus et de se retrouver, d’apprendre à se tenir droite et d’affronter la vie et le quotidien toute seule, comme la jeune adulte qu’elle est.




Ça peut sembler lourd et déprimant, vite comme ça, mais c’est loin d’être le cas. L’histoire est racontée de manière très rythmée, voire parfois un peu effrénée, et avec un humour des plus divertissant. On arrive à comprendre les difficultés vécues par le personnage principal, mais sans jamais être face à un quelconque apitoiement ou à une dramatisation des événements. J’irais même jusqu’à dire qu’en fait, bien que le roman ne nous offre pas une histoire qui sort tant que ça des sentiers battus, il n’en est pas moins des plus rafraîchissant.

 

Une plume originale et haute en couleur

Lily Pinsonneault est une auteure au style particulier, direct et rapide. Elle n’hésite pas à faire de longues phrases, mais sans jamais nous faire perdre le fil, au contraire; on a simplement l’impression de lire à la vitesse que Jolen pense, soit très rapidement puisque le personnage a toujours mille choses en même temps dans la tête. Ça contribue grandement à rendre la lecture facile et sans qu’on s’en rende compte, on a terminé le roman (je l’ai lu en quelques heures, y’a pas à dire!).

De plus, l’auteure a une plume très humoristique et haute en couleur, ne lésinant pas sur les références les plus drôles et les comparaisons les plus étonnantes. Elle m’a très souvent fait sourire et même carrément rire quelques fois. Vraiment, son style d’écriture est vivant et entraînant.

 

Évidemment, si vous souhaitez lire Pas pressée de Lily Pinsonneault, je vous conseille vivement de lire Sauf que j’ai rien dit avant, mais si vous ne suivez pas mon conseil et optez tout de suite pour son plus récent roman parce que je vous ai vraiment donné le goût, vous ne vous sentirez pas perdu. Il y a quelques références que vous ne comprendrez pas, mais ça ne nuira pas vraiment à votre lecture. J’avoue que moi-même, même si j’ai déjà lu Sauf que j’ai rien dit, ça fait trop longtemps pour que j’en garde un souvenir clair (#mémoiredemarde) et ça ne m’a pas du tout dérangé.

Mais je vous le dis, vous ne regretterez quand même pas d’avoir attendu un peu avant de lire Pas pressée pour pouvoir lire Sauf que j’ai rien dit avant, les deux valent franchement la peine et se lisent comme un charme!




Cet article vous a plu ? Partagez-le 😉

Vous aimerez aussi...