0 Dans Appréciation littéraire/ Bande dessinée/ Drame/ Québécois

Jours d’attente: une BD sombre, inquiétante et ensorcelante

BD Jours d'attente




  • Auteur: Thomas Desaulniers-Brousseau
  • Illustrateur: Simon Leclerc
  • Éditeur: Éditions La Pastèque
  • Genre: Bande dessinée, Québécois, Drame
  • Qualité de l’écriture: 4/5
  • Originalité: 4/5
  • Appréciation générale: 4/5

 

Je me répète, mais je ne suis pas le genre de fille qui lit beaucoup de BD. Pas nécessairement parce que je n’aime pas ça, au contraire. Je n’ai pas vraiment de bonne raison, en fait. La seule à laquelle je peux penser, c’est que je trouve ça moins «pratique». Disons que je lis un livre, j’ai beaucoup de mal à m’arrêter si je n’ai pas terminé un chapitre. J’ai besoin d’une certaine finalité pour pouvoir arrêter de lire afin de ne pas être perdue quand je m’y remets. Malheureusement, bien souvent – du moins dans les bandes dessinées que j’ai lues jusqu’à présent -, les BD n’ont pas de chapitres, alors en général, quand je me décide à en lire une, j’essaie de la finir d’un coup. Parfois, selon la longueur, ça peut s’avérer ardu… De plus, comme je lis souvent dans le transport en commun, je trouve qu’une BD se traîne beaucoup moins bien puisque pas mal plus grande qu’un livre.

Bref. Dernièrement, j’ai reçu la BD Jours d’attente, gracieuseté de La Pastèque, mais en format numérique. J’avais quelques doutes quant au fait que j’allais apprécier lire une bande dessinée sur mon iPad, mais au final, c’était plutôt bien – notamment pour la lire en voiture! -, surtout que l’oeuvre en elle-même était vraiment bonne!

 

Un déserteur tourmenté

Jours d’attente se déroule durant la Deuxième Guerre mondiale. On y suit le personnage de Jérôme Beauvais, un déserteur des forces canadiennes, qui doit aller se réfugier en forêt, chez son grand-père plutôt morose, pour ne pas se faire repérer. Alors que Simon est déjà tourmenté dû à un événement difficile survenu un an plus tôt, la vie avec son grand-père dans une demeure au passé tumultueux n’aide pas sa cause. Il se lancera donc dans une mission intense: comprendre ce qui s’est passé dans la maison avec les anciens propriétaires. Entre sorcellerie, morts suspectes, incendie et suicide, Jérôme se laissera tranquillement submerger par le passé, s’enfonçant de plus en plus dans sa propre déprime.




Avant Jours d’attente, je n’avais jamais lu une BD aussi sombre. L’histoire imaginée par Thomas Desaulniers-Brousseau se déroule non seulement à une époque difficile, mais dans un contexte original et angoissant. J’ai trouvé très intéressant de suivre la vie d’un déserteur de l’armée et de comprendre un peu mieux tout ce qu’une telle décision pouvait impliquer, mais surtout, les recherches de Jérôme quant au passé de la maison de son grand-père sont intrigantes et nous tiennent en haleine jusqu’à la fin.

Une esthétique sombre et monochrome

Les illustrations faites par Simon Leclerc pour Jours d’attente viennent parfaitement appuyer l’histoire qui nous est racontée. Généralement monochromes, dans des couleurs chaudes et sombres, les illustrations m’ont donné l’impression d’être comme peintes à l’aquarelle tellement les couleurs se fondent entre elles. Toute cette esthétique ajoute définitivement du mystère et du drame à l’oeuvre.

À quelques moments, toutefois, les couleurs se font plus vives et plus variées, notamment lorsque Jérôme se trouve en compagnie d’une certaine personne. Les teintes des illustrations sont pleinement en harmonie, donc, avec l’état psychologique du personnage principal, rendant le tout encore plus visuellement intéressant! Certaines pages, aussi, ne comprennent aucune case; une unique grande illustration vient remplir la page de manière onirique et inquiétante. Vraiment, du grand art!

 

Jours d’attente de Thomas Desaulniers-Brousseau et Simon Leclerc est une BD franchement intéressante et très esthétique qui se lit bien, mais surtout, qui divertit et intrigue du début à la fin!




Cet article vous a plu ? Partagez-le 😉

Vous aimerez aussi...