1 Dans Fiction

Le Jeune serveur qui allait changer la vie de Tom – partie 5

Le jeune serveur qui allait changer la vie de Tom




***Si vous n’avez pas encore lu les parties 1, 2, 3 et 4, c’est iciiciici et ici!***

 

Après le dîner, Tom ressent un certain entrain, comme un élan de confiance et de motivation qui s’est insufflé en lui depuis le dîner avec ses collègues. Ça faisait tellement longtemps qu’il n’avait pas socialisé ainsi qu’il avait oublié à quel point ça pouvait être agréable. Pas qu’il ait tellement conversé avec Philippe et les autres, mais juste le fait de ne pas se tenir en retrait lui a fait du bien; il a réalisé qu’être là, avec eux, le sentiment que ça lui a procuré valait la peine de surmonter la crainte qu’il peut ressentir avant de se lancer et aller de l’avant.

C’est donc avec un enthousiasme nouveau que Tom passe au travers son après-midi, qui file d’ailleurs à la vitesse de l’éclair. Déjà 16h45! Vraiment, Tom n’a pas vu le temps passer. Puisqu’aujourd’hui c’est vendredi, Tom en profite pour consacrer son dernier 15 minutes de travail au rangement de son bureau. Il aime quitter pour le week-end en sachant que tout est en ordre et qu’il reviendra au bureau lundi matin dans un environnement propre et rangé.

Comme 17h sonne, Tom est prêt à quitter son bureau, mais au lieu de se diriger directement vers l’ascenseur, il décide de bifurquer légèrement de son trajet pour aller saluer Philippe; ça lui semble être la chose à faire ce soir. Il emprunte donc le couloir de gauche au lieu de continuer tout droit, puis il n’a que quelques pas à faire pour arriver au bureau de Philippe. Ce dernier est toujours assis à son bureau, classant quelques dossiers, mais visiblement sur le point de partir.

– Bon week-end, Philippe.

Ce dernier lève la tête avec un air un peu surpris, ayant reconnu la voix qui s’est adressée à lui.

– Bon week-end à toi aussi, Tom! À lundi! lui répond Philippe.

– Oui, à lundi.

Puis, sur ces mots, Tom rebrousse chemin pour se diriger vers l’ascenseur, satisfait de cette courte conversation avec son collègue. C’est satisfait de sa journée qu’il quitte le bureau.

 

Alors qu’il se dirige vers l’arrêt de bus, il aperçoit une fois de plus Steve qui s’y trouve déjà. Contrairement à hier, toutefois, Tom n’hésite pas une seconde et continue d’avancer.

– M’sieur Tom! Vous avez passé une belle journée?

– Oui, merci. Et toi, Steve?

– Absolument! Une excellente journée! Et en plus, c’est vendredi! Ç’a été une belle semaine, mais quand même dure, c’est stressant un nouveau travail, y’a plein de choses à apprendre, ça va faire du bien deux jours de congé! Mais je m’en viens pas mal bon, j’pense, j’ai pas mal compris ce qui fallait que j’fasse pis j’pense que mon boss pis les clients m’aiment bien, fait que j’suis heureux!

– C’est bien.

– Pas mal bien, oui! Vous avez quelque chose de prévu pour le week-end?

– Non, rien.

– Ha, un week-end tranquille, alors! Y’en faut, des fois, ça fait du bien de rien faire, aussi. Je sais pas trop ce que je vais faire non plus, mais ce soir, je vais au cirque! Vous avez vu? Y’a un cirque qui vient de débarquer pour le week-end à l’autre bout de la ville, pas trop loin de chez moi, faut que j’aille voir ça! J’aime tellement ça, les cirques! Je vous ai déjà dit que mon rêve, c’est de devenir magicien? Sûrement que je vous l’ai déjà dit, je dis tellement de choses! Faire des tours de magie dans un cirque, me promener à travers la province, le pays, le monde! pour épater les gens, j’aimerais tellement ça! Vous aimez ça la magie et les cirques, Tom?

– Je sais pas.

– Vous savez pas?

– Je ne suis jamais allé voir un cirque. J’ai vu quelques numéros de magie à la télévision, mais ça m’agaçait de ne pas comprendre comment les magiciens faisaient leurs tours.

– Hahaha, mais c’est là toute la beauté de la magie! Y faut pas que vous réfléchissiez, vous avez juste à vous laisser transporter par elle, vous laissez ébahir par les tours et pas chercher à comprendre! Sinon c’est sûr que vous aimerez pas ben ben ça…

– J’ai du mal à ne pas réfléchir et essayer de comprendre.

– Ça s’apprend, ça s’appelle le lâcher-prise! Le laisser-aller! Ben tenez, venez donc avec moi au cirque ce soir! Je suis certain que vous allez aimer ça! J’ai pas mal entendu parler de cette troupe-là, y paraît qu’y sont vraiment bons!

– Hum, non, je pense pas.

– Allez, ça va être le fun! On ira manger un morceau avant, y’a plein de restos dans le coin pis j’pense qu’y’a des food trucks sur le site! Une vraie belle soirée au cirque!

– Le vendredi, je mange du spaghetti, d’habitude…

– Oh! Ben, je suis certain qu’on peut en trouver! Sinon, c’est sûr qu’on va trouver quelque chose qui ressemble! Allez, une petite sortie, ça vous fera pas de mal! Pis si vous aimez vraiment pas ça, vous mettrez tout le blâme sur moi pis vous aurez le droit de pu jamais m’adresser la parole! Deal?

Steve voit bien que sa proposition déstabilise Tom. Ce dernier ne sait pas quoi lui répondre; il regarde par terre, se mordant la lèvre inférieure et se tordant les mains, l’air réellement indécis.

– Pas besoin de me répondre tout de suite, le rassure Steve. Le bus arrive, on a encore une bonne quinzaine de minutes avant votre arrêt, vous déciderez rendu là si vous descendez ou si vous continuez avec moi!

Tom relève alors la tête pour voir un sourire bienveillant et sincère sur le visage du jeune serveur. Même s’ils ne se connaissent pas beaucoup, Tom a l’impression que Steve le comprend parfaitement et qu’il ne souhaite pas le brusquer. Il est convaincu que les intentions de Steve sont bonnes et ça le rassure.

– Oui, ok, je vais y penser encore un peu, lui répond Tom en hochant positivement la tête.

 

L’autobus s’immobile devant eux. Comme la veille, Steve y monte le premier et ayant appris de ses erreurs, se dirige directement vers le fond; le même banc qu’hier est toujours libre, alors il s’y dirige, suivi de près par Tom. Comme Steve s’assoit et se glisse pour occuper le siège du fond, sur le bord de la fenêtre, Tom intervient.

– Je préfère le siège du fond, sur le bord de la fenêtre. Je…je me sens mieux sur le bord de la fenêtre, ça me calme…

– Pas de problème, Tom, je savais pas. Vas-y! lui dit Steve, qui est déjà en train de se relever pour lui laisser la place.

– Merci, répond Tom tout en s’installant à son siège.

Le trajet se passe dans le silence; l’autobus rend réellement Steve zen à tout coup et comme Tom n’est pas très loquace, il se contente de réfléchir à l’offre de son compagnon. En fait, Tom est réellement très tenté par cette offre. La seule chose qui le retient d’accepter sur-le-champ, c’est la crainte de l’inconnu, l’inconfort qu’il ressent à ignorer totalement sa routine si bien établie pour sauter à pieds joints dans les propositions inusitées de Steve. Mais jusqu’à présent, Steve ne l’a-t-il pas qu’agréablement surpris? Tout chez le jeune serveur rendait Tom inconfortable il y a à peine quelques jours et voilà que ce dernier a su s’immiscer rapidement, mais doucement dans sa vie, pour aussitôt devenir la personne qu’il considère la plus proche de lui dans sa vie. Tom ne comprend pas tout à faire comment tout cela s’est produit, mais il ne peut qu’avouer que tout cela lui fait le plus grand bien. Laisser passer la chance d’une soirée sans aucun doute mémorable serait donc stupide, non?

– Le prochain arrêt, c’est le tien, annonce Steve.

– Oui. Mais pas ce soir, réplique Tom.

Les deux amis se retournent l’un vers l’autre, souriants. Après ce court échange, Tom et Steve continuent leur trajet dans le silence, Steve toujours aussi zen, mais Tom un peu plus léger qu’il ne l’était tout à l’heure.

 

– On descend au prochain arrêt! s’exclame Steve à l’intention de Tom. On peut se rendre directement sur le site, on pourra prendre notre temps pour manger et il y a toujours de l’animation avant le spectacle. La présentation commence à 20h!

– Ok.

Les deux hommes se lèvent, puis descendent de l’autobus.

– C’est pas très loin, environ 10 minutes de marche. Je suis vraiment content que vous ayez accepté de venir, Tom, vous allez voir, ça va être une super soirée! Vous le regretterez pas! Faut juste que vous arrêtiez d’essayer de tout comprendre ce qui s’passe pis que vous vous contentiez d’apprécier le spectacle! Mais je suis certain que vous êtes capable de faire ça.

– Je vais essayer.

 

Après une dizaine de minutes de marche, Tom et Steve arrivent au cirque. Le site grouille déjà de spectateurs enthousiastes et d’artistes au travail, tâchant d’animer la foule.

– Bienvenue au cirque! s’écrit Steve, des étincelles dans les yeux.

Tom ne sait pas comment réagir. Le site est déjà bien rempli, un peu chaotique, mais pour le moment, ça ne le perturbe pas. Il est quelque peu réticent à s’aventurer au milieu de la foule, certes, mais il s’en sent capable. Puis Steve est avec lui, ce qui est suffisant pour le rassurer et le mettre en confiance. Il regarde tout ce qui se passe devant lui et n’en croit pas ses yeux; il n’a pas vu autant d’action depuis bien longtemps! Il ne peut s’empêcher de ressentir une pointe d’excitation monter en lui.

– Les food trucks sont là-bas, c’est ça? demande-t-il à Steve.

– C’est ça!

– Ok, allons-y.

Sans un regard vers son ami, Tom se dirige vers l’emplacement des camions-restaurants; Steve lui emboîte le pas, satisfait que Tom prenne ainsi les devants, prouvant qu’il n’a pas été rebuté par l’événement dès leur arrivée.

Une dizaine de food trucks se partagent l’espace, chacun offrant des plats plutôt différents.

– Je ne vois pas de spaghetti sur les menus, affirme Tom après quelques minutes d’observation.

– Non, en effet, moi non plus, renchérit Steve. Mais regarde, eux, ils ont du mac’n cheese. C’est pas tout à fait la même chose, mais ça reste des pâtes…

– Je n’ai jamais mangé de mac’n cheese… Mais oui, ok, je vais essayer.

– Vous allez voir, c’est excellent! J’crois que je vais manger ça aussi!

Les deux hommes se dirigent vers le food truck en question, commandent leurs plats, puis décident de se balader en mangeant leur repas afin de profiter au maximum de l’animation.

– Alors? Vous aimez ça? s’enquiert Steve.

– Oui, j’aime bien. C’est différent, en tout cas, mais ça va.

– Je savais que ça vous plairait! Tout le monde aime le mac’n cheese.

Après quelques pas, Tom s’arrête. Steve s’arrête à son tour et le regarde avec un air interrogateur.

– Ça fait deux fois qu’on prend l’autobus ensemble. On mange un mac’n cheese ensemble et on va aller voir un spectacle de cirque ensemble. Je crois qu’on peut se tutoyer, non? dit Tom.

– Absolument, Tom! On se tutoie, c’est parfait.

– Parfait.




Les deux hommes reprennent leur marche en mangeant leur macaroni au fromage avec appétit. Ils s’arrêtent régulièrement pour assister à quelques numéros spontanés: Steve va voir une diseuse de bonne aventure, mais Tom ne s’y risque pas; ils vont voir le petit numéro d’un cracheur de feu; ils assistent à la performance étonnante d’une femme qui fait tourner une dizaine de cerceaux à la fois sur ses bras, sur une jambe, dans son cou et à sa taille. Bientôt, toutefois, il est l’heure d’aller prendre place dans le chapiteau pour assister au spectacle principal.

– On va dans le fond? demande Steve.

– Oui, le fond c’est bien, acquiesce Tom.

Les deux hommes vont prendre place et attendent le début du spectacle avec une impatience presque égale.

– Merci de m’avoir invité ici, Steve. Ça me fait bizarre d’être là, mais je suis vraiment content.

– Tout le plaisir est pour moi, Tom! J’espère que le spectacle te plaira!

À ces mots, le maître de piste entre sur la scène et annonce le début du spectacle.

 

Pendant près de deux heures, Tom et Steve assistent à un spectacle flamboyant où homme fort, acrobates de toutes sortes et magiciens se partagent la vedette dans une mise en scène rythmée et époustouflante. Ébahis, les deux hommes se sentent comme deux enfants et profitent au maximum du moment.

Alors que les derniers artistes terminent leur salut et que la foule termine son ovation debout, Tom et Steve se regardent, les yeux brillants et le visage rayonnant.

– C’était génial! s’exclame Tom. J’ai adoré! Jamais je n’ai vu quelque chose d’aussi spectaculaire de toute ma vie!

– C’était effectivement un excellent spectacle! renchérit Steve. Ces artistes sont géniaux! Tu permets que j’aille les rencontrer quelques minutes?

– Oui, ok.

Les deux comparses descendent des estrades et se rendent sur la piste, là où les artistes s’attardent pour rencontrer les quelques spectateurs qui viennent les féliciter et leur demander des autographes. Steve se dirige vers le maître de piste.

– Bonjour m’sieur! Votre spectacle était absolument génial! J’ai adoré! Est-ce que vous êtes celui qui gère la troupe?

– En effet, c’est moi! Merci jeune homme, heureux que vous ayez aimé!

– Oui, beaucoup! Moi et mon ami, on a vraiment aimé ça! Est-ce que ce serait possible de vous parler quelques minutes?

– Certainement. Suivez-moi, on va aller dans les coulisses, ce sera un peu plus tranquille.

– Parfait! Tu viens, Tom?

– Heu, oui, ok, répond ce dernier.

Les trois hommes se dirigent donc vers les coulisses où quelques artistes se trouvent, revenant de la piste et se dirigeant vers leurs loges et jasant entre eux.

– Alors, qu’est-ce que je peux faire pour vous, hem…?

– Steve, j’m’appelle Steve.

– Qu’est-ce que je peux faire pour vous, Steve?

– Eh bien, je sais que vous devez voir des gens comme moi pas mal souvent, qui doivent tous vous dire la même chose, mais j’aime vraiment ce que vous faites et j’aimerais beaucoup travailler pour vous.

– Oh! Eh bien, pas si souvent, en fait! Dans quel domaine vous spécialisez-vous, Steve?

– Je suis magicien. Pas un pro, là, mais j’m’en viens pas mal bon pis j’apprends vraiment vite! Je suis autodidacte, je lis des livres, je regarde des vidéos pis je reproduis le tout. C’est pas pour me vanter, mais à date, les gens à qui j’ai montré mes tours ont été pas mal épatés!

– Ha oui! Je serais bien curieux de voir ça! Vous pouvez me faire une petite démonstration?

– Absolument! s’exclame Steve, beaucoup trop enjoué. Je peux vous montrer des tours de cartes, ça serait sûrement le plus simple pour l’instant pis j’ai toujours un paquet avec moi, mais j’sais faire d’autres tours aussi, là, plus gros!

– Commencez avec les cartes et on verra ensuite!

Steve sort donc son paquet de cartes de la poche de sa veste, puis commence à montrer au maître de piste ses talents de magicien.

Pendant ce temps, Tom erre dans les coulisses, admirant les accessoires des artistes qui y sont rassemblés; cerceaux, échasses, ballons, quilles, foulards, échelles, tout y est. S’assurant que personne ne le regarde – la plupart des artistes sont partis dans leurs loges pour se changer et se démaquiller et le maître de piste est occupé avec Steve -, Tom enfile des échasses, le genre qui se fixent seulement au mollet, agrippe 4 quilles et se met à marcher en jonglant comme s’il avait fait ça toute sa vie.

Trop plongé dans ses pensées et concentré sur sa tâche, Tom n’a pas remarqué que Steve et le maître de piste ont cessé toute activité et conversation pour le regarder, ébahis. Alors que Tom, dans son parcours, se dirige vers eux sans réellement s’en rendre compte, il les aperçoit, tous les deux, bouche bée. Effaré, il laisse tomber les quilles, perd l’équilibre et titube jusqu’à retrouver appui sur des balles de foin, où il s’assoit pour détacher ses échasses.

– Je suis désolé, vraiment, je ne sais pas ce qui m’a pris, je n’aurais jamais dû toucher à votre matériel, excusez-moi, je-

– Silence! le coupe le maître de piste. Qui êtes-vous?

– Je m’appelle Tom, monsieur. Encore une fois, je tiens à m’excuser d’avoir osé utiliser votre matériel.

– Ne vous excusez pas, il n’y a pas de mal. Vous êtes plutôt doué, en fait!

– Pour être doué, ça, c’est un fait! Où t’as appris à faire ça, Tom? s’exclame Steve.

– Mon oncle était artiste de cirque. Je ne le voyais pas souvent, mais chaque fois qu’il venait à la maison, il me montrait des choses qu’il savait faire et je me pratiquais pour pouvoir l’impressionner à sa visite suivante. Il m’arrivait encore régulièrement de me pratiquer, pour le plaisir, jusqu’à il y a quelques mois.

– Eh bien, Tom, c’est épatant! Steve et vous êtes vraiment doués dans vos domaines respectifs, je suis impressionné! J’aimerais beaucoup voir ce que vous pouvez faire d’autre. J’ai une proposition pour vous.

– Une proposition? Vraiment? dit Steve, tout excité.

– Certainement. Vous me semblez beaucoup trop talentueux pour que je vous laisse partir comme ça. Quelques artistes nous ont quittés récemment, alors que diriez-vous de vous joindre à nous pour compléter notre troupe? Je vous offre évidemment une période d’essai pour commencer, le temps que vous fassiez vos preuves, mais vous pourriez rapidement devenir des membres permanents de notre merveilleux cirque! Qu’en pensez-vous?

Steve et Tom se regardent, sans mot. Aucun des deux ne s’attendait à une telle proposition, surtout pas Tom! Après un moment de silence, Steve prend la parole le premier.

– M’sieur, ce serait un réel honneur de faire partie de votre troupe! C’est comme un rêve qui s’réalise et je vous jure que je ne vous décevrai pas!

– Excellent, jeune homme, bienvenue parmi nous! Et vous, Tom? Qu’en dites-vous?

– Je…je ne sais pas, je… Vous me prenez au dépourvu, monsieur.

– Je comprends. Écoutez, le cirque est ici pour le week-end, nous repartons lundi matin. Vous n’avez pas besoin de vous joindre à nous aussi rapidement, bien sûr, je comprends que vous ayez sans doute des choses à régler d’abord, mais une réponse d’ici là serait grandement appréciée. Je peux compter sur vous pour me répondre d’ici lundi?

– Oui, ok. D’ici lundi.

– Excellent! Sur ce, vous devrez m’excuser, j’ai encore beaucoup de choses à faire! Au plaisir de vous revoir, Tom, et à bientôt, Steve!

– À bientôt, m’sieur, et encore merci! Vous faites de moi un homme heureux, vous n’imaginez même pas! s’exclame Steve.

– Au revoir, répond simplement Tom, un peu sonné par cet étrange revirement de situation.

 

Pendant un moment, Tom et Steve marchent côte à côte, sans un mot, vers l’arrêt d’autobus. C’est Steve, comme toujours, qui vient briser le silence.

– C’est incroyable c’qui vient de se passer, Tom, j’y crois pas! Je vais travailler dans un cirque, c’est mon rêve depuis que j’suis tout petit! J’savais que je pouvais y arriver!

– Oui, c’est incroyable, réplique Tom, sans grand enthousiasme.

– Ça va, Tom?

– Hmm.

– Tu ne sais pas quoi faire, hein? C’est une grosse soirée, tout ça. On pouvait pas s’douter de c’qui allait arriver, c’est tout un revirement de situation!

– En effet.

– Mais dit, tu aurais pu refuser immédiatement, mais tu l’as pas fait. Ça te tente, alors? Au moins un peu…

– Je sais pas. Peut-être.

– T’imagines? On pourrait travailler ensemble dans un cirque, faire plein de choses qu’on adore tout le temps, voir du pays!

– Oui.

– Ce serait pas beau, ça? Avoue que c’est tentant!

– C’est tentant, oui.

– En tout cas, j’aimerais beaucoup que tu te joignes à nous! J’t’aime bien, Tom, ce serait génial que tu viennes aussi! Penses-y, t’as un peu de temps.

– Je vais y penser.

Le reste du trajet se fait en silence, Steve sifflotant et fredonnant, Tom marchant la tête baissée et les mains dans les poches, songeur.

– Ha, le bus s’en vient déjà! Bon week-end, Tom, encore merci d’être venu avec moi et réfléchis bien!

– Merci, Steve. Bon week-end. Je vais réfléchir, promis.

Tom monte dans l’autobus, se dirige vers le fond, s’assoit sur le bord de la fenêtre, entrouvre cette dernière et laisse la brise fraîche lui caresser le visage durant tout le trajet jusque chez lui.

 

Lundi matin, 6h45. Le réveil de Tom sonne, le sortant d’une autre nuit sans rêve. Comme tous les matins, il se lève, va prendre sa douche, se rase de près, s’habille, se prépare un bol de céréales et est fin près à aller prendre l’autobus. Toutefois, ce matin, il ne prend pas le bus de 7h48 pour se rendre au bureau. Il se rend plutôt à l’arrêt qui se trouve du côté opposé et qui s’en va en sens inverse, celui qu’il prend habituellement le soir pour retourner chez lui après sa journée de travail.

Le bus arrive; il y monte, va s’asseoir puis fait le trajet avec le coeur léger, en paix avec sa décision. Il descend au tout dernier arrêt, à l’autre bout de la ville, et marche une dizaine de minutes pour arriver à l’emplacement du cirque. Déjà, le chapiteau est presque entièrement démonté; il ne reste pratiquement rien qui rappelle les festivités du vendredi. Tom aperçoit le maître de piste un peu plus loin et se dirige vers lui. Ce dernier l’aperçoit et, souriant, vient à sa rencontre.

– Tom! J’avais peur de ne pas vous revoir! Comment allez-vous?

– Ça va, merci. Et vous?

– Ça va très bien! Nous sommes presque prêts à reprendre la route! Aurons-nous la chance de vous voir bientôt parmi nous avec votre ami Steve?

Et, sans aucune hésitation, Tom répond de manière simple et claire au maître de piste.

– Oui. J’y serai.

– Excellent! Voilà la réponse que j’espérais! À bientôt, alors. Je vous tiens au courant!

– Merci, monsieur.

– Tout le plaisir est pour moi, Tom! Appelez-moi donc Rémi!

– Parfait. Merci, Rémi.

 

Sur ces mots, Tom rebrousse chemin, heureux, léger et confiant, rempli d’un nouvel optimiste et d’une soif de vivre qu’il n’a pas ressenti depuis bien longtemps. Il y a à peine une semaine, Tom rencontrait Steve, un événement qui l’avait grandement perturbé, et pourtant; il ne le savait pas encore, mais cette rencontre allait changer sa vie du tout au tout, chambouler son quotidien et sa routine pour donner un nouveau départ à sa vie.

Ce matin, Tom se rend au bureau, mais il arrivera avec un peu de retard. Il se rendra tout de même au restaurant pour prendre son café habituel que Steve lui servira. Il annoncera la bonne nouvelle à ce dernier, puis se rendra au bureau où il donnera à son patron sa démission. Dans quelques semaines, Steve et lui se rendront quelque part, il ne sait pas encore où, pour rejoindre la troupe de cirque et entamer son nouveau départ.

Pour la première fois depuis des années, Tom se sent réellement bien et ce bien-être, il ne le doit à nul autre qu’à Steve. Steve, ce jeune servir qui allait changer sa vie.




Cet article vous a plu ? Partagez-le 😉

Vous aimerez aussi...

  • Le Jeune serveur qui allait changer la vie de Tom - partie 4
    28 octobre 2018 at 13 h 20 min

    […] Vous avez aimé? La suite – et fin – est ici! […]